Déguisés en policiers, huit braqueurs lourdement armés auraient réussi, lundi soir, le casse du siècle sur le tarmac de l’aéroport de Bruxelles, où transitent régulièrement des millions de dollars de pierres précieuses. Les malfaiteurs ont dérobé 120 sacs de diamants en à peine cinq minutes, pour un hold-up estimé à 50 millions de dollars, même si les autorités refusent aujourd’hui de confirmer le montant du butin.

A bord de deux véhicules noirs, les hommes se sont dirigés, peu avant 20h00, vers un avion d’une compagnie aérienne suisse, où des agents de la Brink’s étaient en train de charger une cargaison de diamants, depuis leur fourgon de transport. Cagoulés et armés de fusils mitrailleurs, ils prennent en joue le pilote, le copilote et les transporteurs de fonds, avant de forcer les portes de la soute, et d’en extraire les sacs de pierres. Puis ils repartent d’où ils étaient venus : un trou réalisé dans une clôture entre des chantiers de l’aéroport.

Selon l’Antwerp World Diamond Centre (AWDC), la valeur des diamants dérobés s’élève à 50 millions de dollars, soit 37 millions d’euros. « Il s’agit principalement de diamants bruts en provenance d’Anvers, a rapidement réagi la porte-parole Caroline De Wolf. . Ce casse a relancé les questions sur la qualité de la sécurité autour de l’aéroport, la presse belge rappelant qu’en 2000, un braquage similaire sur un avion de la compagnie allemande Lufthansa avait permis à un groupe de malfaiteurs armés de dérober 7 millions d’euros de pierres.