L’entreprise française Laval Europe, fondée en 1878, est spécialisée dans la distribution de produits destinés aux horlogers et bijoutiers. Organisée autour d’une importante plate-forme logistique, elle oriente désormais son développement vers l’international.

 

C’est à deux pas du charmant et fleuri village de Chédigny, en Indre et Loire, que la société Laval Europe a choisi d’implanter son siège social à la fin des années 70. C’est ici, également, qu’elle a installé ses entrepôts logistiques, qui demeurent au cœur de son activité. « Pas moins de 500 colis sont expédiés, en moyenne, chaque jour », précise Catherine Laval, à la tête de l’entreprise fondée en 1878. Autant dire que les installations sont conséquentes : dans les 6 000 mètres carrés alloués à la logistique, trois machines modernes ont été installées en 2006. L’entreprise avait profité de la tempête ravageant ses entrepôts, cette année-là, pour investir dans la rénovation, l’extension et la modernisation de son site, qui abrite désormais plus de 22 000 références.

Mais elle envisage d’augmenter encore ses capacités logistiques, en construisant un nouvel entrepôt et en investissant dans de nouvelles machines. De quoi lui permettre d’accompagner son développement, notamment à l’international. Car, présente principalement en France et en Belgique, l’entreprise exporte également, depuis quelques années, dans certains pays d’Europe et elle entend y renforcer encore sa présence, notamment auprès des pays limitrophes. Son site internet, dans ce cadre, sera prochainement proposé en différentes langues. Et la société pourrait bien, par ailleurs, participer à la prochaine édition du salon allemand Inhorgenta, qui se tiendra en février 2016 à Munich.

D’ores et déjà, Catherine Laval se penche sur les nouvelles éditions de ses catalogues. Le rouge, relatif aux écrins, aux emballages et aux présentoirs, et dont la prochaine édition doit paraître prochainement, va par exemple être optimisé. « Nous avons beaucoup de références et nous voulons faire des choix plus ciblés, pour proposer des conditionnements plus adaptés aux besoins de nos clients », note la dirigeante, ajoutant que « notre valeur ajoutée réside dans la prise en compte des besoins aussi variés que ceux de la bijouterie fantaisie ou de la bijouterie traditionnelle. »

Pour y parvenir, l’entreprise s’appuie sur son bureau de style qui, depuis un moment déjà, prépare les prototypes de ses créations. De fait, d’année en année, les catalogues évoluent et s’enrichissent. En janvier dernier, par exemple, l’offre bijoux s’est dotée d’une nouvelle collection de produits en or 375 millièmes, dont l’ensemble des références sont en stock en disponibles en permanence. La fin de l’année verra également l’arrivée de deux nouvelles marques : l’une axée sur la céramique, l’autre sur le microserti. Au-delà de l’optimisation de son offre, l’entreprise travaille à la modernisation de ses catalogues. Nouvelles maquettes, nouvelles quantités adaptées aux besoins du moment, codes couleurs, etc.

Soucieuse de s’adapter aux besoins d’un marché un forte évolution et d’innover constamment, l’entreprise s’est considérablement diversifiée depuis sa création. « Nous étions généralement considérés comme un fournituriste, mais en réalité, notre offre est bien plus large », affirme la dirigeante. Depuis toujours focalisée sur l’horlogerie, puis sur l’outillage – elle est, notamment, distributeur agréé des piles Sony –, elle est aujourd’hui spécialisée dans la distribution d’écrins, d’emballages, de présentoirs, d’apprêts, mais aussi de bijoux et de montres.

Peu à peu, la société se renforce même sur les marques et les licences. « Nous en proposons déjà quelques-unes – Lego, Nature d’Ambre, One Man Show, Suzette et Benjamin, Noir sur Blanc, etc. – mais il faut continuer à développer ce créneau. Aujourd’hui, c’est ce que réclame le consommateur », estime Catherine Laval. Pour répondre aux attentes de ses clients, Laval Europe dispose par ailleurs de trois magasins Selfor à Paris, ainsi que d’une boutique, 5 Rue, dédié à l’offre montres et bijoux. Ils sont situés à quelques pas de son bureau parisien, abritant le studio de création ainsi que les services achats et marketing.