Noreve, no limit !
La griffe tropézienne, qui cartonne depuis quelques années dans la housse de téléphone portable, se lance dans la bijouterie pour se diversifier et atteindre son ambition : devenir une marque française de mode majeure.   Noreve Saint-Tropez n’a pas fini de se diversifier. En début d’année, déjà, la griffe varoise, spécialisée dans la housse de téléphones […]

La griffe tropézienne, qui cartonne depuis quelques années dans la housse de téléphone portable, se lance dans la bijouterie pour se diversifier et atteindre son ambition : devenir une marque française de mode majeure.

 

Noreve Saint-Tropez n’a pas fini de se diversifier. En début d’année, déjà, la griffe varoise, spécialisée dans la housse de téléphones portables, s’était lancée dans les bracelets en cuir, entièrement réalisés en France et personnalisables au moyen de charms en argent 925. Le succès a été immédiat. Depuis cet été, la marque, créée en 2003 par Michaël Massat, commercialise une gamme de bracelets en or, également proposée en argent et déclinée en cinq produits.

Cette gamme, couronnée par une version dotée d’un diamant en serti-clos, entend refléter l’esprit de Noreve Saint-Tropez en symbolisant, à travers ses motifs – le clocher, le soleil couchant, les voiles, le paon… –, l’univers de la ville. « Nous avons déjà beaucoup de demandes », assure Michaël Massat, ajoutant, enthousiaste, que « la gamme sera prochainement déclinée en taille enfant et élargie aux pendentifs. » Pour cette ligne de bijoux, Noreve Saint-Tropez s’appuie sur des prestataires de qualité, à l’instar d’Hervé Gotta – Sigomonta . Pour l’heure, l’entreprise dispose d’une poignée de revendeurs, dont Frojo, à Saint Tropez. Mais elle compte bien s’élargir dans l’Hexagone, et, surtout, développer ses ventes à l’international.

Si Michaël Massat a fait le choix d’investir deux années de travail dans le lancement de cette gamme, ce n’est évidemment pas pour rien. Ce trentenaire ne manque pas d’ambition. Son souhait : « devenir le Ralph Lauren français », assure-t-il. Vrai que depuis la création de sa marque, surfant sur le Made in France, le succès a toujours été au rendez-vous, au point que LVMH, le géant du luxe, lui manifeste son intention de racheter sa marque. Lors de son lancement, Noreve, alors spécialisée dans les housses pour mobiles, a suscité un tel engouement que ce sont les fournisseurs, incapables de suivre, qui l’ont lâchée.

Aujourd’hui, reparti sur de nouvelles bases et à l’aide de nouveaux partenaires, à Lyon ou dans le Limousin, Noreve Saint Tropez, qui compte près de 1,5 millions de « likes » sur Facebook, continue son expansion en misant sur de nouveaux produits : vêtements, accessoires, maroquinerie, etc. En 2015, son chiffre d’affaires devrait dépasser les trois millions d’euros. Rien, par rapport à ce qu’il devrait être dans dix ans.

 

Nos derniers articles

Time to Watches 2024 : bilan

Time to Watches 2024 : bilan

Alors que la fièvre de la « Wonderweek » retombe, il est temps de se pencher sur le succès sans précédent qu’a connu l’événement Time to Watches. Une affluence record et d’une qualité inédite, un programme passionnant, des exposants enchantés, voilà les 3 piliers de...

MANOYAS, le bijou spirituel

MANOYAS, le bijou spirituel

Le paysage joaillier vient d’accueillir une toute nouvelle marque. Fondée par Yasmine Bakkali, Manoyas, propose des bijoux imprégnés de symbolisme, des guides inspirants, protecteurs, et délicats. Yasmine Bakkali, fondatrice et créatrice. Yasmine vit au Maroc jusqu’à...

OROAREZZO 2024

Nos derniers magazines

le bijoutier international
le bijoutier international mars 2024
le bijoutier international
Le Bijoutier International Magazine
le bijoutier international octobre 2023