L’INSTITUT DES MÉTIERS D’EXCELLENCE LVMH
[adrotate banner="27"]

RENCONTRE AVEC FLORENCE RAMBAUD, DIRECTEUR DE L’INSTITUT DES METIERS D’EXCELLENCE

 

 

Florence Rambaud, Directeur de l’Institut des Métiers d’Excellence LVMH    © IME

 

 

Faisant le trait d’union entre les jeunes et les métiers d’exception, l’Institut des Métiers d’Excellence LVMH (IME), créé à l’initiative de Chantal Gaemperle (Directeur Ressources Humaines et Synergies du groupe LVMH) en 2014, est une association de loi 1901 à but non lucratif. Il favorise la transmission des savoir-faire autour de trois pôles-clés : l’artisanat, la création et la vente auprès des jeunes générations dont il développe ainsi l’employabilité. Sa particularité est d’offrir une vingtaine de formations en alternance en France, en Suisse et en Italie. Son taux de placement est de près de 80 % – dont 2/3 au sein des maisons du Groupe. L’INSTITUT DES MEDTIERS D’EXCELLENCE a ce double objectif : susciter des vocations dans ces merveilleux univers et faire découvrir les métiers d’excellence, l’enseignement des gestes ancestraux, tout en s’adaptant au marché du luxe à venir.

 

 

Cérémonie 2018, le 23 octobre 2018, en présence de Bernard Arnault, Président-directeur général de LVMH et de Chantal Gaemperle, Directeur Ressources Humaines et Synergies du groupe LVMH      © Michel Jolyot

 

 

[LE BIJOUTIER INTERNATIONAL] – Qu’est-ce que l’Institut des Métiers d’Excellence LVMH (IME) ?

[Florence Rambaud] – L’IME est un programme de formation professionnelle en alternance (du CAP au Master 2) qui permet au Groupe, comme le souligne Chantal Gaemperle, d’assurer la transmission de ses savoir-faire dans l’artisanat, la création et la vente auprès des jeunes générations et des personnes en reconversion.

 

Quelle est la spécificité de l’Institut des Métiers d’Excellence dans la transmission des savoir-faire du luxe ?

[Florence Rambaud] – Notre démarche est globale dans la transmission des métiers d’excellence à l’IME. Nous avons comme ambition de promouvoir, transmettre et valoriser les savoir-faire du luxe (les gestes spécifiques de chaque métier) auprès des jeunes générations dans les métiers de l’artisanat, la création et la vente qui correspondent au savoir-faire, au savoir-imaginer et au savoir-vendre. Car tout est lié, aujourd’hui.

 

Quelles sont les formations actuelles de l’Institut des Métiers d’Excellence ?

[Florence Rambaud] – Les formations s’articulent de façon suivante : en artisanat, nous proposons des cursus en mode, maroquinerie, souliers, bijouterie-joaillerie, horlogerie, vins, arts culinaires. Dans la création, nous avons un programme en beauté ainsi qu’un master design, mode et industries créatives. Enfin, pour les futurs conseillers de vente dans le luxe, les formations sont orientées sur l’expérience client, un axe primordial actuel pour l’apprentissage du « savoir-vendre ».

 

Quelles sont les actions très spécifiques de l’Institut des Métiers d’Excellence ?

[Florence Rambaud] – Les master classes à travers lesquelles se rencontrent professionnels du Groupe et alternants, sont très spécifiques à l’IME. Les apprentis bénéficient d’une vision globale des savoir-faire spécifiques aux métiers du luxe. Ils peuvent suivre des master classes « métier » (savoir-faire), « culturelles » (histoire de l’art), « interdisciplinaires », « globales » (construction d’un projet commun entre apprentis comme un véritable projet d’entreprise).

 

Quelle est l’aura à l’étranger de l’Institut des Métiers d’Excellence ?

[Florence Rambaud] – Il a d’abord été créé en France en 2014 , puis en Suisse en 2016, et enfin en Italie en 2017, avec l’ouverture de « l’Istituto dei Mestieri d’Eccellenza LVMH ».

 

Quelles sont les filières les plus prometteuses d’embauches dans un avenir proche ?

[Florence Rambaud] – La maroquinerie est une filière prometteuse car il y a des ouvertures d’ateliers en France. Et globalement, ce sont les filières qui voient de nombreux départs à la retraite de leurs artisans.

 

Existe-t-il des filières qui souffrent d’un manque de renouvellement au niveau des artisans en France ?

[Florence Rambaud] – Oui par exemple dans le secteur de la bijouterie-joaillerie, le métier de sertisseur et celui de polisseur. C’est la raison pour laquelle nous avons ajouté ces deux spécialités au CAP « Art et Techniques de la bijouterie-joaillerie ».

 

Quelle est la valeur ajoutée pour ces jeunes formés à l’Institut des Métiers d’Excellence ?

[Florence Rambaud] – Qu’ils soient dans les métiers de l’artisanat, de la création, ou de la vente, les apprentis se rencontrent au cours de master classes interdisciplinaires, pour avoir une vision transversale de la chaine de valeurs du luxe. C’est primordial aujourd’hui, vous devez connaître tous les rouages : de la fabrication à la vente au client final. Dans les master classes, les jeunes peuvent aussi bien découvrir les gestes des métiers d’art, que visiter des magasins « flagship » du groupe LVMH, ou suivre des programmes culturels, en visitant des expositions.

 

Quand les personnes sont diplômées du CAP, où vont-elles ?

[Florence Rambaud] – Chez LVMH, les ateliers partenaires ou épouser la culture maison d’un indépendant du secteur du luxe. La personne a le choix. En 2018, les chiffres parlent d’eux-mêmes, il y a eu 83 % de taux de placement dans les filières métiers et 64 % chez LVMH et ses ateliers partenaires.

 

Quelles sont les actions très spécifiques de l’Institut des Métiers d’Excellence ?

[Florence Rambaud] – Les master classes à travers lesquelles se rencontrent professionnels du Groupe et alternants, sont très spécifiques à l’IME. Les apprentis bénéficient d’une vision globale des savoir-faire spécifiques aux métiers du luxe. Ils peuvent suivre des master classes « métier » (savoir-faire), « culturelles » (histoire de l’art), « interdisciplinaires », « globales » (construction d’un projet commun entre apprentis comme un véritable projet d’entreprise).

 

L’Institut des Métiers d’Excellence s’adresse à toutes les populations ?

[Florence Rambaud] – Nous avons une démarche RSE très développée. C’est pour cela que nous organisons chaque année le village IME à Clichy-sous-Bois, pendant lequel nos apprentis qui présentent leurs savoir-faire aux jeunes venant de toute part qui souhaitent découvrir nos métiers d’excellence. Cela permet de créer des vocations auprès de toutes les populations, y compris chez des personnes en reconversion. Par exemple, sur notre promotion actuelle de 200 apprentis, 30 étaient en position de reconversion professionnelle. Nous défendons la diversité.

 

Quelles sont les filières les plus prometteuses d’embauches dans un avenir proche ?

[Florence Rambaud] – La maroquinerie est une filière prometteuse car il y a des ouvertures d’ateliers en France. Et globalement, ce sont les filières qui voient de nombreux départs à la retraite de leurs artisans.

 

Existe-t-il des filières qui souffrent d’un manque de renouvellement au niveau des artisans en France ?

[Florence Rambaud] – Oui par exemple dans le secteur de la bijouterie-joaillerie, le métier de sertisseur et celui de polisseur. C’est la raison pour laquelle nous avons ajouté ces deux spécialités au CAP « Art et Techniques de la bijouterie-joaillerie ».

 

Quelle est l’aura à l’étranger de l’Institut des Métiers d’Excellence ?

[Florence Rambaud] – Il a d’abord été créé en France en 2014, puis en Suisse en 2016, et enfin en Italie en 2017, avec l’ouverture de « l’Istituto dei Mestieri d’Eccellenza LVMH ».

 

 

A Clichy-sous-Bois, le village de l’IME est un réel succès : 650 visiteurs en une journée. Les jeunes apprentis de l’IME, grâce à « ce salon de l’étu­diant », présentent leurs parcours et leur métier au public   © Michel Jolyot

 

 

Au sein du village de l’IME, pendant une journée les apprentis font des démonstrations à Clichy-sous-Bois. Ici démonstration de dessin gouaché pour le métier de joaillier,avec l’école partenaire Haute Ecole de Joaillerie (HEJ)     © Michel Jolyot

 

 

MANCHETTE « CASSIOPÉE » Master piece réalisée par la promotion 2016/2018 des apprentis de l’Institut des Métiers d’Excellence LVMH à HEJ Paris en CAP « Art et Techniques de la Bijouterie Joaillerie – Sertissage – Polissage », sur le thème : « Que vous inspire Dom Pérignon, créateur du Champagne dans votre métier ?».    © Florent Leroy

 

 

L’INSTITUT DES MÉTIERS D’EXCELLENCE LVMH EN CHIFFRES :

  • – 22 formations du CAP au Master 2
  • – 15 écoles partenaires
  • – 32 Maisons du groupe partenaires
  • – 500 jeunes ont été convaincus de rejoindre l’IME depuis 2014
  • – 80 % de taux de placement dans les filières métiers ou poursuites d’études initiales
  • – 64 % en 2018 de taux de placement chez LVMH et ses partenaires externes
  • – 98 % de taux de réussite aux diplômes

Nos derniers articles

Time to Watches 2024 : bilan

Time to Watches 2024 : bilan

Alors que la fièvre de la « Wonderweek » retombe, il est temps de se pencher sur le succès sans précédent qu’a connu l’événement Time to Watches. Une affluence record et d’une qualité inédite, un programme passionnant, des exposants enchantés, voilà les 3 piliers de...

MANOYAS, le bijou spirituel

MANOYAS, le bijou spirituel

Le paysage joaillier vient d’accueillir une toute nouvelle marque. Fondée par Yasmine Bakkali, Manoyas, propose des bijoux imprégnés de symbolisme, des guides inspirants, protecteurs, et délicats. Yasmine Bakkali, fondatrice et créatrice. Yasmine vit au Maroc jusqu’à...

OROAREZZO 2024

Nos derniers magazines

le bijoutier international
le bijoutier international mars 2024
le bijoutier international
Le Bijoutier International Magazine
le bijoutier international octobre 2023