VIGOUREUX JOAILLERIE – ENTRETIEN AVEC LAURENT STCHERBANIOFF, DIRECTEUR GENERAL
UNE OFFRE STRUCTURÉE AU SERVICE DE LA PROFESSION Fabricant installé à Lyon, Vigoureux Joaillerie est un acteur plutôt discret dans le paysage HBJO. Loin de toutes considérations marketing, son savoir-faire est à la hauteur de sa réputation. Laurent Stcherbanioff, son directeur général, s’exprime pour la première fois à son sujet. Propos recueillis par Caroline Coiffet […]

UNE OFFRE STRUCTURÉE AU SERVICE DE LA PROFESSION

Fabricant installé à Lyon, Vigoureux Joaillerie est un acteur plutôt discret dans le paysage HBJO. Loin de toutes considérations marketing, son savoir-faire est à la hauteur de sa réputation. Laurent Stcherbanioff, son directeur général, s’exprime pour la première fois à son sujet.

Propos recueillis par Caroline Coiffet

Laurent Stcherbanioff – Directeur Général société VIGOUREUX JOAILLERIE

Le Bijoutier International : Laurent Stcherbanioff, vous êtes directeur général de Vigoureux Joaillerie, quel est votre parcours ?
Laurent Stcherbanioff : Je ne suis absolument pas issu du sérail. J’ai fait des études supérieures techniques complétées par un parcours universitaire en gestion. Rien ne me prédestinait à la bijouterie-joaillerie. Assez naturellement, j’ai commencé ma carrière dans l’industrie. C’est une rencontre déterminante qui m’a amené dans la profession. Le président de Gay Frères, à la fin des années quatrevingt, cherchait un ingénieur pour rationaliser les méthodes de l’entreprise. J’ai avant tout été séduit par l’homme et ensuite par le secteur et le produit. Gay Frères avait racheté une filiale lyonnaise, Golliat et Didier, dont j’ai pris la direction. L’aventure a duré 23 ans ! En 2012, j’ai quitté le secteur pour monter ma propre structure dans la formation professionnelle. La parenthèse fermée, le groupe Taché m’a proposé de prendre la direction de Vigoureux et de Coindre Steiner. J’ai décidé de relever le challenge en fusionnant les équipes et l’outil de production. Cela fait huit ans aujourd’hui, et la société Vigoureux joaillerie, qui a absorbé Coindre Steiner, s’inscrit à nouveau durablement dans le paysage HBJO.

Collier anneau grappe saphirs et diamants

Le Bijoutier International : Pouvez-vous nous rappeler la genèse de Vigoureux Joaillerie ?
Laurent Stcherbanioff : En 2013, le tribunal de commerce prononce le redressement de l’entreprise Vigoureux SA. Le groupe Taché Diamonds saisit l’opportunité d’une reprise car il possède déjà, depuis 2004, l’entité Coindre Steiner sur le marché français. En fusionnant les deux entreprises, Vigoureux SA devient dès lors Vigoureux Joaillerie et s’adosse à la puissance financière et technique du Groupe.

Le Bijoutier International : Quel est son coeur de métier ? Et qui sont ses clients ?
Laurent Stcherbanioff :
Vigoureux Joaillerie est une entreprise indépendante qui opère uniquement sur le marché français. L’international est géré par d’autres filiales du groupe. L’entreprise garde donc son entière autonomie sur son marché domestique. Elle propose des produits généralistes et classiques issus d’une offre très vaste. 1 500 références en collection et 15 000 références au total, toutes disponibles sur www.vigoureuxcreation.fr. Elle s’adresse à une clientèle B to B partout en France. Notre objectif est de répondre à tous les besoins dans une gamme de prix publics qui démarre à 400 euros.

Le Bijoutier International : En rejoignant le groupe Taché Alliance, qu’est-ce que cela a changé pour l’entreprise ?
Laurent Stcherbanioff : Cela a changé beaucoup de choses. Nous avons dans un premier temps eu accès à des sources diamantaires exceptionnelles. Et surtout, nous avons eu accès à un atelier qui nous appartient et pour lequel le groupe a beaucoup investi en technologie. L’usine est située à Bombay où nous pilotons toutes les étapes de A à Z. Nous employons près de 400 personnes dans les conditions respectueuses de la charte RJC. Cet atelier nous permet de produire des produits très compétitifs en mass-market pour la France.

Bracelet rivière diamants ovales

Le Bijoutier International : Quels sont vos atouts pour séduire une clientèle de plus en plus volatile ?
Laurent Stcherbanioff : Notre force, et elle est indéniable, c’est la largeur et la profondeur de notre assortiment. Celui-ci vit au quotidien et s’adapte à toutes les demandes, et ce, dans des délais courts. Notre slogan est : “la marque, c’est vous”. Comprenez que notre métier n’est pas de proposer une marque mais des produits adaptés à nos clients qui eux-mêmes deviennent une référence pour le consommateur final. Nous laissons à notre clientèle HBJO une entière liberté de choix ainsi qu’une entière liberté sur les marges. Sans contraintes.

Le Bijoutier International : Vous proposez des collections très variées, comment tout cela s’articule au sein de votre offre produit ?
Laurent Stcherbanioff : Notre offre est structurée en deux catégories. L’une propose du diamant et rien que du diamant. Être adossé à un diamantaire comme le groupe Taché nous permet de présenter une offre très vaste et compétitive. L’autre catégorie concerne la pierre de couleur diamant. C’est véritablement notre force, ce vers quoi nos clients ont des attentes très fortes. Par ailleurs, nous rythmons chaque saison avec des opérations spéciales qui mettent en avant nos intemporels (diamant 3 griffes, bague entourage à la lyonnaise…). On utilise ainsi le potentiel du groupe pour animer nos ventes. Cette offre produit est renforcée par une offre de service très structurée autour de tous les produits sur-mesure à la demande. Une équipe est spécialement dédiée pour réaliser toutes les réalisations uniques « hors collection ».

Bague en bleu camaïeu et diamants

Le Bijoutier International : Par quels canaux de vente distribuez-vous vos produits ?
Laurent Stcherbanioff : Nos clients se divisent en deux catégories : les donneurs d’ordres qui représentent 50% du chiffre d’affaires et apportent un flux régulier et le marché HBJO traditionnel plus saisonnier. Pour ces derniers, nous avons quatre attachés commerciaux qui se partagent tout le territoire. Nous proposons un catalogue de travail papier édité deux fois par an. Nos clients peuvent également communiquer avec nous via un intranet. Par ailleurs, nous sommes référencés auprès de tous les groupements HBJO et participons à tous les salons nationaux, notamment Paris Vendôme et Eclad’or.

Le Bijoutier International : Comment est géré le design des collections ?
Laurent Stcherbanioff : La “French touch” est bien une réalité. Ainsi, tous nos produits, sans exception, sont dessinés, conçus et industrialisés dans notre atelier lyonnais. 20% de la collection est renouvelée chaque année, une équipe de trois joaillières est dédiée à cet objectif.

Le Bijoutier International : Selon vous, le Made in France est-il un argument suffisant pour se différencier ?
Laurent Stcherbanioff : C’est un argument majeur mais qui n’est plus suffisant à mon sens. Car pour pérenniser certains marchés, il faut avoir la capacité à produire autrement. Le point crucial est de rester maître de sa chaîne de valeur. C’est notre cas, qu’il s’agisse de l’atelier lyonnais ou de l’atelier de Bombay. Sur ce point, j’invite les lecteurs à prendre contact avec nous pour visiter notre site autour d’un plat du jour de la capitale des Gaules et de la gastronomie !

Pendentif poire méli-mélo rubis et diamants

Le Bijoutier International : Que pensez-vous de l’aspect éthique de l’or et des pierres, notamment des diamants ? Est-ce une préoccupation aujourd’hui pour Vigoureux Joaillerie ?
Laurent Stcherbanioff : Pour ce qui est de l’or, Vigoureux Joaillerie est labellisée RJC depuis maintenant une dizaine d’années. C’est un point d’honneur pour moi que de pouvoir attester de l’origine de l’or que nous employons. C’est également le cas pour le diamant naturel. En ce qui concerne les pierres de laboratoire, je suis plus modéré voire hostile. Dans notre cas, il est hors de question pour nous de proposer de tels produits, c’est en l’espèce un non-sens précisément éthique.

Le Bijoutier International : Parlez-nous de vos dernières collections et/ou innovations produit ?
Laurent Stcherbanioff : Il s’agit plutôt d’une évolution permanente et non d’une révolution. Nous avons, par exemple, investi en machines à commande numérique pour nos bracelets rivière afin d’être capable de produire à coût ultra compétitif des mini-séries, et ce, dans des délais ultra-courts. Par ailleurs, nous avons aussi travaillé sur des produits multi-diamants en perfectionnant la technique du serti mystérieux pour améliorer l’effet-prix de façon spectaculaire. Notre équipe commerciale se fera d’ailleurs un plaisir de vous les présenter dans votre point de vente.

VIGOUREUX JOAILLERIE présent au salon FASHION PARIS – JEWELS and WATCHESles 26/27/28 février 2022 – Pavillon VENDÔME, salon VENDÔME

Toutes les informations,

les actualités à suivre en cliquant ci-après…

Présent aux salons professionnels :

Nos derniers articles

04.06.2024 – MELLERIO, LE CRÉATEUR DES TROPHÉES DE ROLAND GARROS

04.06.2024 – MELLERIO, LE CRÉATEUR DES TROPHÉES DE ROLAND GARROS

Dans quelques semaines, le vainqueur du tournoi de tennis de Roland-Garros brandira les 14 kilos d’argent de la célèbre Coupe des Mousquetaires. Le saviez-vous ? C’est Mellerio, le plus ancien joaillier du monde, et le seul encore familial et indépendant, qui en est...

04.06.2024 – Le groupe MARCEL ROBBEZ MASSON reprend ARGYOR.

04.06.2024 – Le groupe MARCEL ROBBEZ MASSON reprend ARGYOR.

Le groupe MARCEL ROBBEZ MASSON (MRM) vient d’acquérir la société ARGYOR, le plus grand fabricant espagnol de bijouterie. Créée en 1954, ARGYOR, implantée à Saragosse, est spécialisée dans la fabrication de médailles et d’alliances. Cette acquisition permettra à MRM de...

OROAREZZO 2024

Nos derniers magazines

le bijoutier international
le bijoutier international mars 2024
le bijoutier international
Le Bijoutier International Magazine
le bijoutier international octobre 2023