Créée en 2005, Messika s’est fait une renommée qui dépasse les frontières. Son secret ? Le diamant, marque de fabrique de la maison de joaillerie, dont la fondatrice en propose une nouvelle lecture avec à la clé, une nouvelle façon de le porter. Rencontre avec Valérie Messika qui a construit, en seize ans, une marque ultra désirable.

Propos recueillis par Caroline COIFFET

Valérie MESSIKA by DAVID FERRUA
Présidente / Fondatrice – MESSIKA PARIS

Le Bijoutier International : Vous avez récemment été présidente du jury de la 2ème édition du concours « Les bijoux s’impriment en or » organisée par Francéclat, quel regard portez-vous sur la jeune génération de créateurs qui se lancent dans la bijouterie-joaillerie ?
Valérie Messika / MESSIKA Paris : Il est vrai qu’en tant que nouvel acteur dans ces univers que sont la joaillerie et la haute joaillerie, il était important pour moi d’accorder du temps et d’apporter mon regard sur le travail de ces jeunes qui rentrent dans le métier. J’ai vraiment envie d’essayer, à mon petit niveau et en tant que créatrice déjà établie, de contribuer à rendre la profession désirable pour qu’il y ait encore plus de jeunes qui s’engagent à y travailler.

Le Bijoutier International : Vous avez fait de votre marque une véritable success story, quels conseils pourriez-vous donner à ces jeunes ?
Valérie Messika / MESSIKA Paris : Ayez un projet et un rêve. Ayez un projet qui vous fait vibrer et à partir de là, vous aurez toute l’énergie nécessaire pour le rendre réalisable. Soyez au contact de vos rêves et vos émotions, parce que c’est possible, avec beaucoup de travail et certes, un peu de talent. C’est aussi important de ressentir le monde dans lequel on vit pour comprendre ce qu’il s’y passe et trouver quelque chose qui fasse écho.

Messika Paris – Move Uno Rings

Le Bijoutier International : Justement, pouvez-vous nous rappeler votre parcours, celui qui vous a mené à fonder la Maison Messika ?
Valérie Messika / MESSIKA Paris : J’ai grandi dans le monde magique du diamant qui a tracé mon futur. Toute mon enfance est remplie de souvenirs de mon père, André Messika, et de sa passion pour le diamant. Il m’a transmis cette passion à travers les années. Après mes études de communication, j’ai tout de suite commencé à travailler avec lui. Travailler à ses côtés et partager notre passion commune pour le diamant m’a immédiatement plu. Il me manquait cependant un petit quelque chose pour m’épanouir professionnellement : la créativité. Naturellement, je me suis mise à créer mes propres bijoux et c’est ainsi que l’histoire a commencé. Lancer ma propre Maison de joaillerie, il y a seize ans, m’a permis d’allier ces deux univers qui me passionnent depuis toujours !

Messika Paris – Lucky Move Rings

Le Bijoutier International : Qu’est ce qui fait qu’un jour, votre marque devient internationalement reconnue ?
Valérie Messika / MESSIKA Paris : Depuis la création de la Maison en 2005, Messika a tout de suite plu à des actrices françaises. Mais, c’est en 2014, que tout a réellement commencé – quand Beyoncé a porté la bague Glam’Azone devant Mona Lisa au Louvre lors du tournage du clip de son mari Jay-Z. Après cela, Rihanna nous a contactés, et depuis nous « bijoutons » beaucoup de célébrités. Cela nous donne une visibilité internationale. Parallèlement à cela, nous avons ouvert environ 500 points de vente dont 50 boutiques en propre. Je pense également que notre collection iconique « Move », une collection imaginée autour de trois diamants en mouvement, nous a permis d’être reconnu internationalement.

Taylor Hill pour Messika lors du défilé haute joaillerie (Photo by Kristy Sparow/Getty Images For Messika)

Le Bijoutier International : Y a-t-il d’ailleurs un pays où la marque Messika n’est pas encore présente ?
Valérie Messika / MESSIKA Paris : Nous ne sommes pas encore présents en Corée et en République Tchèque par exemple. Mais l’année prochaine, nous allons y remédier en ouvrant deux points de vente en Corée ainsi qu’une boutique en République Tchèque. Le réseau s’étoffe doucement mais surement et malgré le contexte, nous avons décidé de poursuivre notre plan d’expansion. Nous sommes déjà présents dans 55 pays et sommes devenus une véritable marque pilier en France.

Le Bijoutier International : Pouvez-vous nous rappeler les valeurs de Messika et à qui s’adressent vos bijoux ?
Valérie Messika / MESSIKA Paris : La modernité, la féminité, la passion, l’affiliation, la transmission, le savoir-faire, l’énergie, l’empowerment, le mouvement avec notre collection signature « Move » que nous avons déclinée et le côté avant-gardiste de notre joaillerie. Avec nos bijoux, nous encourageons les femmes à devenir ce qu’elles sont. Une femme moderne et confiante qui a choisi le diamant comme compagnon du quotidien.

Messika Paris – Bracelet My Move Cuir Beige Nude – Or Rose

Le Bijoutier International : Comment se préparent les collections chez Messika ? Quelles sont vos sources d’inspiration ?
Valérie Messika / MESSIKA Paris : Nous lançons une centaine de créations chaque année. Les collections se préparent deux fois par an, elles se construisent autour de moodboard, des tableaux où sont mis côte à côte différents éléments d’inspirations qui viennent d’un peu partout. J’essaie ainsi de capter et de respirer les tendances du moment, à travers l’art, les femmes, la mode, la musique.

Le Bijoutier International : En octobre dernier, à l’occasion de la Fashion Week de Paris, vous faites défiler, au sein du prestigieux hôtel Ritz, Kate Moss avec votre nouvelle collection, est-ce une sorte de consécration pour tout le travail accompli depuis maintenant un peu plus d’une quinzaine d’années ?
Valérie Messika / MESSIKA Paris : C’est un accomplissement ! Avec ce défilé, j’ai essayé de donner une visibilité à mon travail sur la haute joaillerie. Je fais des bijoux pour surtout qu’ils ne soient pas mis sous cloche ou enfermés dans un coffre. Je veux que les femmes portent mes bijoux et surtout qu’elles se sentent belles avec. Pouvoir présenter ma collection de haute joaillerie sous forme de défilé, alors que traditionnellement la haute joaillerie se présente dans des vitrines sous bonne garde, c’est une gageure pour moi. J’ai ainsi réussi à présenter ma collection d’une manière différente. Je voulais que les bijoux ne fassent qu’un avec le vêtement et la beauté des femmes.

KATE MOSS pour MESSIKA photographiée par MARIN LABORDE

Le Bijoutier International : Comment justement, arrivez-vous à vous entourer de stars de la mode et autres célébrités ?
Valérie Messika / MESSIKA Paris : En créant des portés plus audacieux, plus modernes, qui correspondent à ce que les célébrités ont envie de porter aujourd’hui. Ce sont aussi des rencontres hasardeuses qui font que les choses se passent et surtout l’intuition.

Mono BO Colour Play – © Messika par Pierre Vérez (photo)

Le Bijoutier International : Pensez-vous que la mode et la joaillerie sont indissociables aujourd’hui ? Que vos clientes s’identifient ou en tout cas se projettent mieux via cette association ?
Valérie Messika / MESSIKA Paris : Je pense pour ma part, que la mode et la joaillerie sont indissociables. En revanche, ce concept n’est pas forcément adapté à toutes les marques. Chez Messika, c’est ancré dans notre ADN. Avec la mode, les clientes se projettent mieux. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai organisé mon premier défilé de haute joaillerie.

Messika Paris – Bangle Romane

Le Bijoutier International : Pouvez-vous déjà nous dévoiler certains de vos projets pour 2022 ?
Valérie Messika / MESSIKA Paris : Après Kate Moss qui représentait les bijoux Messika depuis quelques années, nous allons annoncer, mi-janvier, le nouveau visage de notre campagne de communication. J’ai vraiment hâte que vous la découvriez ! Par ailleurs, nous allons également collaborer, très prochainement, avec la fondation Naked Heart. Une association caritative fondée, en 2004, par le mannequin Natalia Vodianova et qui a pour but d’aider les enfants défavorisés et abandonnés. Plein d’autres beaux projets sont également en cours…

Le Bijoutier International : À long terme, comment voyez-vous évoluer votre marque ? Pourriez-vous diversifier votre offre ?
Valérie Messika / MESSIKA Paris : En créant de plus en plus de pièces autour du diamant, qui reste ma source d’inspiration principale, et me diversifier avec pourquoi pas la création d’une montre.

Plus d’information, cliquez ci-après…

English version :

MESSIKA
INSPIRED BY DIAMONDS

Launched in 2005, Messika is known the world over as the jewellery house that made diamonds, its signature stone, uniquely wearable. Le Bijoutier International met founder Valérie Messika who, in just sixteen years, has crafted an ultra-desirable brand.

Interview by Caroline Coiffet

Le Bijoutier International : You chaired the jury for the second edition of Les bijoux s’impriment en or, a competition by Francéclat that explores additive manufacturing in gold jewellery. How do you see the up-and-coming generation of jewellery artists ?
Valérie Messika : As someone who is relatively new to jewellery and high jewellery myself, I wanted to spend time getting to know the work of these young people who are just starting out. Now that I’m established, I want to do what I can, in my own small way, to make this an attractive profession and encourage more young people to choose a career in jewellery.

Le Bijoutier International : You’ve built a hugely successful brand. What advice would you give to young people entering the business ?
Valérie Messika : Once you have a project that really inspires you, you’ll have the energy it takes to bring it to fruition. Never lose sight of your dreams and your emotions because, with a lot of work and a dash of talent, it can be done. It’s important to stay attuned to what’s going on in the world. When you understand what’s happening around you, you’re better able to find ideas in harmony with it.

Le Bijoutier International : Can you tell us about your own journey and how you came to launch the Messika brand ?
Valérie Messika : I grew up surrounded by the magic of diamonds. I have so many childhood memories of my father, André Messika, and his passion for diamonds which he passed on to me, over the years. I studied communication and began working with him as soon as I graduated. It was wonderful that we could work side by side and share our love of diamonds, but professionally there was one thing missing: creativity. I started designing jewellery quite naturally and that’s how the story began. By launching my own jewellery brand sixteen years ago, I was able to combine these two lifelong passions !

Le Bijoutier International : What brought the brand international recognition ?
Valérie Messika :
Messika has been a favourite brand of French actresses ever since it was launched in 2005, but things really took off in 2014 when Beyoncé wore a Glam’Azone ring, in front of the Mona Lisa, when she and her husband, Jay-Z, were filming in the Louvre. After that Rihanna got in touch and now lots of celebrities wear us, which has given us an international profile. At the same time, we’ve opened something like 500 points of sale including 50 Messika boutiques. I think our iconic Move collection, with its three moving diamonds, has also helped make Messika an international name.

Le Bijoutier International : Are there any countries where the brand isn’t yet present ?
Valérie Messika :
We currently don’t have outlets in Korea or the Czech Republic, for example, but this won’t be for long as we plan to open two points of sale in Korea next year plus a boutique in the Czech Republic. Slowly but surely we’re expanding our network, despite the context, and are sticking to our growth plan. We’re already present in 55 countries and have become a pillar of the French jewellery segment.

Le Bijoutier International : Remind us of Messika’s core values and who is your target clientele ?
Valérie Messika :
We are a modern, feminine brand. Our values are passion, legacy, savoir-faire, energy, empowerment, movement, particularly in the various interpretations of Move, our signature collection, and the avant-garde nature of our designs. We encourage women to become what they are : modern, confident individuals who choose to wear diamonds every day.

Le Bijoutier International : How do you go about creating a new collection? What inspires you ?
Valérie Messika :
We introduce around a hundred new pieces each year. Twice a year we sit down and plan the new collections. We begin with a mood board filled with ideas and inspirations from lots of different sources. The aim is to capture the newest trends through art, women, fashion and music.

Le Bijoutier International : At Paris Fashion Week in October 2021, Kate Moss presented your new collection in a runway show at the Ritz. Do you see this as recognition for everything you’ve worked for over the past sixteen years ?
Valérie Messika :
For me, it’s an achievement. I wanted it to be a showcase for my work in high jewellery. I don’t create jewellery to be wrapped up in cotton wool or put away in a safe. I want women to wear my jewellery and, most of all, I want them to feel good when they do. Presenting the high jewellery collection on a runway, when traditionally this type of jewellery is displayed under lock and key, was no small feat. I succeeded in showing the collection the way I wanted, where the jewellery, the clothes and the beauty of the women became one.

Le Bijoutier International : What is that draws supermodels and other famous names to the brand ?
Valérie Messika :
Messika jewellery is designed to be worn differently and this modern, novel approach is what celebrities today want. Sometimes it can come down to a chance encounter. A lot of the time it’s about intuition.

Le Bijoutier International : In your opinion, is jewellery now indissociable from fashion and do you think customers can relate more easily to jewellery this way ?
Valérie Messika :
Personally I think fashion and jewellery are inseparable. The concept isn’t suited to every brand but it is hardwired into Messika. Customers can visualise jewellery better in relation to fashion. Which is precisely why I decided to stage a high jewellery runway show.

Le Bijoutier International : What can we look forward to from Messika in 2022 ?
Valérie Messika :
After Kate Moss, who represented Messika jewellery for a number of years, in mid-January we’ll be revealing the new face of our campaign. I can’t wait ! We’ll also shortly be launching a collaboration with Naked Heart, a foundation that was set up in 2004 by model Natalia Vodianova to support underprivileged children and children with special needs. Plus all the other exciting projects we’re working on!

Le Bijoutier International : How do you see the brand developing in the longer term ? Are there any plans to diversify ?
Valérie Messika :
Diamonds remain my greatest inspiration. There will be more and more creations and, why not, maybe a watch.