L’ENTRETIEN – André SEGURA, président du groupe MATY
> Se réinventer pour rester leader < Jamais figée, toujours à l’écoute de sa clientèle, la société bisontine développe de nouveaux leviers pour s’adapter aux nouveaux modes de consommation. Rencontre avec André Ségura, président du groupe Maty et président du directoire de la holding Gemafi. Par Caroline COIFFET Le Bijoutier International : Pouvez-vous nous rappeler […]

> Se réinventer pour rester leader <

Jamais figée, toujours à l’écoute de sa clientèle, la société bisontine développe de nouveaux leviers pour s’adapter aux nouveaux modes de consommation. Rencontre avec André Ségura, président du groupe Maty et président du directoire de la holding Gemafi.

Par Caroline COIFFET

Le Bijoutier International : Pouvez-vous nous rappeler l’histoire du groupe Gemafi ?
André Ségura :
La société Maty a été créée par Gérard Mantion en 1951. Ancrée à Besançon, elle se fait la spécialiste de la vente à distance dans le domaine du bijou. En 1978, une deuxième société est créée, SFM qui a principalement en charge la gestion du service après-vente des produits Maty. Dans les années 1980 et 1990, Maty devient le leader français de la distribution de bijoux. Les années 2000 voient le lancement d’un site marchand sur internet et en 2018, une marketplace du bijou est lancée. Enfin, en 2021, Maty lance son site de bijoux d’occasion et en 2022, un service de location de pièces exceptionnelles.

LBI : Quel est votre parcours ? Et qu’est-ce qui a fait que vous avez pris la présidence du directoire du groupe Gemafi ?
André Ségura :
Je suis issu d’une école de commerce et diplômé d’un MBA de l’Institut Européen d’Administration des Affaires (INSEAD). J’ai ainsi commencé ma carrière dans le conseil au sein du groupe Arthur Andersen. Puis, j’ai rapidement pris la direction de groupes tels que Marionnaud, Courir et Go Sport. Avant la période du Covid, j’ai souhaité quitter Go Sport pour intégrer une nouvelle société où je pourrais être partie prenante. J’ai donc choisi le groupe Gemafi pour plusieurs raisons. La première, c’est que c’est un groupe français et familial ; la deuxième, c’est un groupe avec une certaine stabilité financière et la troisième, le groupe opère sur un marché complémentaire aux enseignes dans lesquelles j’ai travaillé.

LBI : Gemafi rassemble plusieurs entités, quelles sont-elles ? Et quelles sont leurs caractéristiques ?
André Ségura :
Effectivement, le groupe rassemble plusieurs entités qui fonctionnent toutes autour du bijou. Il y a principalement SFM, société de fabrication qui s’occupe également des réparations, puis Maty qui distribue les produits via différents canaux de vente (catalogue, internet, boutique en propre et boutique affiliée) et qui gère également le rachat de bijoux.

LBI : Combien pèse le groupe aujourd’hui ?
André Ségura :
Le groupe fait 140 millions de chiffre d’affaires par an et emploie plus de 500 salariés répartis sur les différentes entités du groupe. Il faut savoir que 50% du chiffre d’affaires de Maty est réalisé hors magasin.

LBI : Qu’en est-il de l’ancrage à Besançon ? Le groupe n’a-t-il pas été tenté de délocaliser à un moment de son histoire ?
André Ségura :
La famille et les héritiers de Gérard Mantion sont tous originaires de Besançon. Il faut rappeler que cette région à une grande histoire en ce qui concerne la fabrication de montres et autres produits dérivés. On y trouve toutes les ressources nécessaires : acteurs économiques, techniciens, formations, écoles… Pourquoi aller chercher ailleurs ce que vous avez sur place ? Le groupe a traversé les années sans trop d’encombres grâce, je dirais, à une gestion « en bon père de famille ». Il a su trouver le juste équilibre parmi toutes ses activités et a su faire preuve d’innovation tout en restant dans sa région natale.

LBI : Le fait d’avoir tous les métiers intégrés est-ce la raison de votre succès ?
André Ségura :
En effet, toutes nos activités (R&D, design, fabrication…) sont intégrées chez SFM. Ainsi, plus de 95% de nos produits sont manufacturés dans nos usines et répondent aux standards élevés de fabrication que nous avons fixés. C’est une force qui découle d’un raisonnement sur le long terme. Nous avons toujours été prudents et réfléchissons à tous nos investissements. …

La suite en cliquant ICI

Le Bijoutier International Magazine – N° 874

Nos derniers articles

GEMGENÈVE – 8ème édition : une belle réussite !

GEMGENÈVE – 8ème édition : une belle réussite !

La 8ème édition de GemGenève s’est achevée dimanche soir après 4 jours d’euphorie joaillière à Palexpo ! Devenu un rendez-vous international incontournable, ce salon unique, qui offre un panorama à 360° sur la création joaillière d’hier et d’aujourd’hui, a suscité un...

FREDIANI – UNE HISTOIRE DE LIENS

FREDIANI – UNE HISTOIRE DE LIENS

Installée à Nice depuis 1946, la maison Frediani fournit les détaillants et bijoutiers en pierres précieuses et gemmes de couleur. Toutes racontent une histoire et évoquent des lieux parfois reculés, que Didier Frediani connaît bien pour les explorer depuis 35 ans....

OROAREZZO 2024

Nos derniers magazines

le bijoutier international
le bijoutier international mars 2024
le bijoutier international
Le Bijoutier International Magazine
le bijoutier international octobre 2023