TOURNAIRE
>> LA MAISON DE JOAILLERIE FRANÇAISE CÉLÈBRE SES 50 ANS << Forte d’une identité marquée, la maison Tournaire possède un savoir-faire qui fait d’elle une des rares maisons de joaillerie connue pour réaliser des pièces spectaculaires sur-mesure. Au fil des années, Philippe Tournaire a transmis sa passion à son fils Mathieu qui perpétue aujourd’hui les […]

>> LA MAISON DE JOAILLERIE FRANÇAISE CÉLÈBRE SES 50 ANS <<

Forte d’une identité marquée, la maison Tournaire possède un savoir-faire qui fait d’elle une des rares maisons de joaillerie connue pour réaliser des pièces spectaculaires sur-mesure. Au fil des années, Philippe Tournaire a transmis sa passion à son fils Mathieu qui perpétue aujourd’hui les valeurs fondamentales de la Maison.

Boucles d’oreilles Trilogie en or et diamants

Le Bijoutier International : La maison Tournaire a 50 ans cette année, vous imaginiez fêter cet anniversaire ?
Mathieu Tournaire :
Pas vraiment, d’autant plus que nous n’avons jamais eu de volonté dynastique dans la famille. Mon père a toujours fait les choses à l’instinct. Il a commencé à travailler sur la marque éponyme en 1973 dans la cave de la maison de ses parents. Cet anniversaire, c’est d’abord beaucoup de fierté. C’est un peu comme un conte de fée dans le sens où généralement, les grandes maisons de joaillerie se développent à Paris alors que nous, on part d’un village au fin fond de la Loire pour arriver ensuite à Paris.

Bague French Kiss améthyste en or

Le Bijoutier International : Étiez-vous destiné à rejoindre votre père ?
Mathieu Tournaire :
En fait, j’ai fais des études universitaires à Paris puis à Milan. J’ai ensuite rejoint l’éducation Nationale. J’ai commencé à enseigner le français au Portugal, puis j’ai intégré un collège en France où j’ai enseigné à des élèves en situation de handicap. Très vite, je me suis aperçu que je ne m’épanouissais pas complètement. Parallèlement, sur mon temps libre, je fréquentais déjà l’atelier de mon père où je m’essayais à la conception de bijoux. Finalement, je me suis aperçu que cela pouvait être un vrai métier. Un soir, j’ai demandé timidement à mon père si je pouvais m’établir avec lui.

Le Bijoutier International : Quelles sont les grandes étapes qui jalonnent l’entreprise familiale ?
Mathieu Tournaire :
Les débuts de mon père en 1973, mais aussi l’obtention de son poinçon de maître la même année. Pendant onze ans, il travaille dans la cave parentale se faisant connaitre par le boucheà- oreille. En 1984, il ouvre sa première boutique à
Montbrison qui rencontre un succès immédiat, si bien que mon père embauche ses premiers salariés. En 1999, le succès devient régional avec l’ouverture d’une deuxième boutique à Lyon. Enfin, la consécration arrive en 2004 avec l’ouverture d’une boutique place Vendôme à Paris. En 2008, j’intègre l’entreprise où je fais mon apprentissage, pendant
cinq ans, au sein de l’atelier de mon père. Et en 2013, je deviens Directeur Artistique de la maison Tournaire. Depuis, j’ai développé des partenariats avec différentes marques comme S.T. Dupont ou encore BIC. Artistiquement, je souhaite m’exprimer sur autre chose que les bijoux, c’est pour ça que j’ai lancé l’année dernière, Tournaire Décor.

Bague architecture Moscou en or
Pendentif Engrenages rectangle
en or blanc et or jaune
Bague architecture pagode
chinoise en or

Le Bijoutier International : Qu’est-ce que votre père, Philippe Tournaire, vous a transmis ?
Mathieu Tournaire :
Il m’a transmis la curiosité, la simplicité et l’humilité. Nous sommes une des rares marques françaises à tout faire fabriquer en France au sein de notre atelier. J’ajoute que nous ne sommes pas élitistes. Justement, nous fabriquons pour tout
le monde. Nous proposons, entre autres, des bijoux en argent et du sur-mesure tout à fait abordables.

Le Bijoutier International : Pouvez-vous nous rappeler ce qui fait votre identité ?
Mathieu Tournaire :
C’est d’abord une histoire, une fabrication française et un style reconnaissable. Une sorte de désordre organisé qui mêle formes géométriques, chères à mon père, et pierres de couleurs assemblées comme sur une peinture. Dès les années 1980, ce style s’impose ainsi qu’un style architectural qui deviendra figuratif à la fin des années 1990 avec les bagues « architecture ». Mon style personnel, lui, s’épanouit dans les engrenages, que l’on retrouve sur les stylos 4 couleurs BIC et les interrupteurs Meljac (Tournaire Décor). Ils représentent le temps qui passe mais aussi la famille où chaque membre à sa place.

Le Bijoutier International : Avez-vous imaginé des créations pour fêter cet anniversaire ? Ou tout simplement de nouvelles collections ?
Mathieu Tournaire :
Nous avons imaginé un bracelet anniversaire sur cordon qui symbolise le travail de mon père et le mien. On y retrouve sur la moitié du médaillon, la trilogie géométrique et sur l’autre, les engrenages. Ce bracelet représente la transmission. Il y aura également d’autres créations qui vont jalonner toute l’année 2023.

Bracelet Tournaire Free en argent

Le Bijoutier International : 50 ans de création, cela ne mérite pas d’écrire l’histoire dans un livre, voire d’imaginer une exposition itinérante ?

Mathieu Tournaire : Tout à fait ! Par le biais des évènements que nous allons organiser dans nos boutiques, nous sommes en train de rassembler des objets qui seront exposés pendant quelques jours dans chacune d’elles. Il y aura aussi un livre retraçant 50 ans de création.

Le Bijoutier International : Comment voyez-vous évoluer la maison Tournaire ? Qu’est-ce que vous aimeriez encore accomplir dans les prochaines années ?
Mathieu Tournaire :
La première des choses est de maintenir et de développer l’activité de joaillerie et asseoir la marque Tournaire Décor. Pour cela nous allons continuer à faire ce que nous savons faire sans tomber dans « l’industrie du luxe ». Nous voulons rester une maison artisanale et continuer à travailler avec des partenaires qui partagent les mêmes valeurs, à l’instar du céramiste Georges Pelletier qui travaille également avec son fils et avec qui nous avons créé une ligne de luminaires. Nous souhaitons avant tout conserver notre patte artistique, reconnue par notre communauté, et ce, partout dans le monde.

Pendentif rond en argent Lock and Love, pont des amoureux et cadenas d’amour en or avec diamant et chaine
Bague solitaire French Kiss en
or et diamant
Bague Marélie en or, diamants,
saphirs et rubis

Une question ?

Cliquez ICI

04 77 96 22 88

eboutique@philippetournaire.com

Par Caroline COIFFET – Le Bijoutier International Magazine

Nos derniers articles

MANOYAS, le bijou spirituel

MANOYAS, le bijou spirituel

Le paysage joaillier vient d’accueillir une toute nouvelle marque. Fondée par Yasmine Bakkali, Manoyas, propose des bijoux imprégnés de symbolisme, des guides inspirants, protecteurs, et délicats. Yasmine Bakkali, fondatrice et créatrice. Yasmine vit au Maroc jusqu’à...

D1928, la perle de la riviera…

D1928, la perle de la riviera…

Petite-fille et fille de négociants en perles, Olivia Seitz-Porchet en connaît tout l’univers, fascinant, certes, mais souvent trop classique à son goût. La jeune femme rêve de créations inédites, de modèles que les femmes pourraient arborer quotidiennement,...

LES RÉALISATIONS ARCHITECTURALES NOMBRE D’OR

LES RÉALISATIONS ARCHITECTURALES NOMBRE D’OR

Depuis sa création en 1979, l’agence d’architecture commerciale Nombre d’Or est spécialisée dans la réalisation d’espaces pour le secteur HBJO. Aujourd’hui dirigée par René Herrou et Morgan Aubert, ce dernier nous raconte comment leurs projets “clés en mains” se...

OROAREZZO 2024

Nos derniers magazines

le bijoutier international mars 2024
le bijoutier international
Le Bijoutier International Magazine
le bijoutier international octobre 2023