GEMGENEVE et LA GENERATION FUTURE
GEMGENEVE, UN TREMPLIN POUR LA GENERATION FUTURE – Lauréat du Prix de la Fondation Éric Horovitz en novembre 2021, Hugo Massy poursuit aujourd’hui une formation de lapidaire auprès de la prestigieuse Maison Piat à Paris. Lauréat du Prix de la Fondation Éric Horovitz – prix lancé en novembre 2021 dans le cadre de GemGenève – […]

GEMGENEVE, UN TREMPLIN POUR LA GENERATION FUTURE – Lauréat du Prix de la Fondation Éric Horovitz en novembre 2021, Hugo Massy poursuit aujourd’hui une formation de lapidaire auprès de la prestigieuse Maison Piat à Paris.

Lauréat du Prix de la Fondation Éric Horovitz – prix lancé en novembre 2021 dans le cadre de GemGenève – pour sa création intitulée Gold & Black, Hugo Massy, alors élève de l’École Technique de la Vallée de Joux (ETVJ), a décroché en septembre 2022 un emploi en CDI auprès de la prestigieuse Maison Piat. Partenaire des créateurs et des grands joaillers, cette entreprise familiale fondée en 1920, dirigée par Emmanuel Piat, conjugue tradition de l’art lapidaire et innovation au coeur de son atelier parisien. Le jeune homme originaire du canton de Vaud, conscient de sa chance, poursuit ainsi son apprentissage à Paris. Retour sur un évènement qui a changé la vie et le parcours professionnel du jeune homme.

En novembre 2021, la création joaillière de Hugo Massy, une bague en argent à deux pierres qui se regardent, tel un reflet chaud et froid, avait retenu l’attention des membres du Jury de la Fondation Éric Horovitz. Cette bague avait été désignée comme le coup de coeur de la Fondation dans le cadre de GemGenève, salon dédié aux professionnels et aux passionnés de joaillerie.

Gold & Black, création de Hugo Massy, lauréat du Prix de la Fondation Éric Horovitz en novembre 2021 à GemGenève

C’est un fait désormais officiel, GemGenève constitue une formidable plateforme pour les créateurs de bijoux, leur donnant une visibilité internationale et leur permettant d’être en contact avec de nombreux professionnels. Par ailleurs, grâce à ses collaborations avec les écoles et la création de trois prix (Prix du Public Head, Prix du Public CFC, Prix de la Fondation Éric Horovitz), GemGenève offre également un tremplin à de jeunes apprentis et étudiants leur permettant de s’orienter dans leur carrière et éventuellement de financer une formation de leur choix.

Hugo Massy – Anneau interne poli, argent 925, ETVJ

La Fondation Éric Horovitz

En remportant le Prix de la Fondation Éric Horovitz en 2021, Hugo Massy ne s’attendait certainement pas à voir sa vie et son parcours professionnel se transformer si rapidement. Cette fondation a été créée en 2020 par Christine Horovitz en mémoire de son défunt mari, marchand de pierres précieuses bien connu du monde joaillier. Lancée officiellement à GemGenève en novembre 2021, la fondation a pour mission de soutenir les jeunes talents suisses du milieu joaillier par la formation et la reconnaissance de leurs créations. https://erichorovitz.ch/fr/.

Depuis son lancement, la Fondation Éric Horovitz s’engage sans relâche en faveur des jeunes créateurs et développe petit à petit de nouveaux projets à destination des étudiants en formation joaillière et design. Sera ainsi mis sur pied une formation gratuite de 5 jours en octobre 2023 destinée aux étudiants de 3ème année de l’école CFP Arts de Genève et qui, à terme, pourrait être ouverte aux étudiants au bénéfice d’une même formation. Cette masterclass, qui se déroulera pendant les vacances scolaires, a pour objectif de mieux les préparer à la réalité du monde professionnel en abordant des sujets précis et complexes. Elle comprendra différents modules, notamment de présentation de soi, un volet consacré aux aspects juridiques permettant aux élèves de protéger leurs créations, un autre consacré au design et à l’inspiration, et sera encadrée par des professionnels reconnus dont Mathilde Gosteli, spécialiste en ressources humaines, Emmanuel Gueit, designer produit de luxe et Me Victor Benincasa, avocat spécialisé en propriété intellectuelle.

Le lancement d’un second projet, en collaboration avec la HEAD celui-ci, est également prévu courant Automne 2023. Confrontés à une cliente fictive leur présentant une broche vintage (bien réelle celle-ci), les étudiants devront présenter une adaptation contemporaine de cette dernière sous la forme de modèles réalisés en logiciel 3D. Tout comme le projet effectué en collaboration avec GemGenève et les formations type CFC, un étudiant sera sélectionné et récompensé par son intégration dans le système de mentorat proposé par la Fondation.

De gauche à droite : Christine Horovitz, Hugo Massy et Emmanuel Piat

De GemGenève à Paris

Christine Horovitz s’adresse alors à Emmanuel Piat, dirigeant des ateliers Piat à Paris et représentant de la troisième génération de lapidaires, qu’elle sait très investi dans la formation et dans la transmission du savoir-faire. A l’interne, les ateliers Piat ont développé des formations, à l’origine destinées aux étudiants en gemmologie, pour appréhender les différentes facettes du métier de négociant. Ces formations ont eu un tel succès qu’elles ont rapidement été déclinées pour les clients de la Maison, soucieux de compléter les connaissances de leurs collaborateurs. Ces formations, exclusivement réservées aux professionnels abordent deux sujets majeurs, la taille et l’expertise des pierres de couleur.

Un stage préalable pour déterminer les compétences du candidat et son potentiel d’intégration

Dans un premier temps, Emmanuel Piat propose à Hugo Massy un stage de 2 semaines dans son entreprise. Pour l’entrepreneur, il s’agit avant tout de vérifier si le jeune homme a les compétences requises pour le métier. Les premiers tests se révèlent vite concluants. Ils consistent notamment à déterminer si le candidat est doté d’une vision 3D, s’il comprend le travail d’artisan qu’il sera amené à réaliser et s’il a la patience nécessaire pour rester sur une même tâche pendant un grand laps de temps. Lors de cette étape, le patron évalue également le potentiel d’intégration du candidat dans son équipe existante car il est primordial que celle-ci puisse se faire sans heurts et de la manière la plus détendue possible. Emmanuel Piat souligne : « Pour travailler une pierre, il est indispensable que nos employés soient sereins, détendus et qu’ils se sentent bien dans leur environnement ».

« Dans le métier de lapidaire, il est important que toutes les facettes aient exactement les mêmes dimensions. Il s’agit d’un exercice de l’oeil permanent sur les proportions, un apprentissage que l’on poursuit tout au long de sa vie. » Emmanuel Piat.

Quelques semaines plus tard, en septembre 2022, Hugo se voit proposer un emploi en CDI à Paris auprès de la société, située rue de la Paix, à un jet de pierre des célèbres joailliers de la place Vendôme. Le jeune homme qui fêtera ses 22 ans en novembre 2023 est aux anges. « C’est une opportunité que je ne pouvais tout simplement pas refuser », relève-t-il gravement. « Grâce à Christine Horovitz et à son réseau dans le domaine joaillier, les choses se sont enchaînées très rapidement ! J’ai exposé ma création en novembre 2021 dans le cadre de GemGenève, puis gagné le Prix de la Fondation Éric Horovitz à cette période. La rencontre avec Emmanuel Piat a eu lieu en mai 2022, toujours à GemGenève, et j’ai enchaîné avec un stage en juillet à Paris. En septembre 2022, j’obtenais mon emploi d’apprenti ». Grâce à la fondation, le jeune homme a également pu bénéficier des services d’une coach en Ressources Humaines, Mathilde Gosteli, partenaire de la Fondation, qui lui a donné des conseils pour la présentation de son CV et pour sa page LinkedIn.

« Je suis conscient que pour devenir un bon lapidaire, il faut prévoir une formation de 3 à 5 ans. » Hugo Massy.

Mais que fait concrètement Hugo Massy à Paris ?

Originaire du canton de Vaud, le jeune homme appréhendait un peu d’aller vivre à Paris. Mais il a trouvé un appartement depuis lequel il peut faire les trajets à pied. Entre temps, il s’est familiarisé avec la Ville Lumière et réalise la chance qu’il a de poursuivre sa formation dans ces conditions. Seul apprenti actuellement en formation de l’Atelier Piat, il complète une équipe constituée de 11 personnes. Il est formé et suivi étroitement par Angèle, elle aussi ancienne apprentie, devenue à son tour formatrice.

Hugo Massy, Poli des facettes à la meule de cuivre, Paris

À son arrivée, Hugo Massy a d’abord dû s’exercer sur des pierres synthétiques pour se former. « On part d’un brut, on le taille pour le dégrossir et on le passe ensuite au poli avec la meule diamantée », souligne le jeune homme. « Pour la taille, on s’exerce d’abord à faire des formes rondes, ensuite ovales, baguette, coussin, poire… Ensuite, on passe rapidement à des vraies pierres ».

Au sein de leur atelier, les lapidaires de la Maison Piat manient notamment des outils traditionnels, comme l’évention ou le bâton mécanique – d’invention typiquement jurassienne – utilisé aujourd’hui dans le monde entier. Forte de ce savoir ancestral, l’équipe veille à améliorer sans cesse la taille, le facettage, l’ergonomie des ateliers, les outils et les matériaux utilisés. L’art de la maison Piat consiste à révéler et à sublimer l’éclat et la couleur d’une gemme tout en perdant le moins de poids possible.

Emmanuel Piat, pour qui l’éthique dans la profession figure parmi l’une de ses préoccupations majeures, s’engage dans la mise en place de filières de pierres de couleurs responsables. Piat est le premier lapidaire membre du Responsible Jewellery Council (RJC) grâce à sa certification de 2020. Avec deux autres partenaires, l’entreprise est très impliquée dans le soutien apporté à Moyo Gems, une initiative née en Afrique de l’Est. Emmanuel Piat souligne : « Cet engagement est très important pour notre Maison : A travers Moyo Gems, nous nous efforçons de donner aux femmes artisans mineurs de pierres précieuses en Tanzanie et au Kenya les moyens de travailler en toute sécurité, de mieux exploiter leurs ressources, d’améliorer leur sécurité financière et de créer des marchés stables et équitables pour le commerce équitable ».

GemGenève, 6ème édition
11 – 14 mai 2023
Jeudi – Dimanche
10:00 – 18:30
Palexpo, halle 1 | Genève | Suisse

Nos derniers articles

18/07/2024 – Le WAIO® (Witschi All In One)

18/07/2024 – Le WAIO® (Witschi All In One)

Présenté en première mondiale au salon EPHJ du mois de juin par la société Witschi, reconnue pour son expertise et la fiabilité de son matériel de test et de mesure horloger, le WAIO® est un appareil ‘tout en un’ conçu pour répondre au besoin de service en boutique....

17/07/2024 – DAGA JEWELS, un petit musée

17/07/2024 – DAGA JEWELS, un petit musée

Ayse Daga, fondatrice et créatrice. Tout récemment fondée à Istanbul par Ayse Daga, la marque Daga Jewels offre des bijoux emprunts d’histoire et de style. De parfaites captures du passé qui attirent irrémédiablement le regard. Il plane sur les créations d’Ayse comme...

19/07/2024 – GAS BIJOUX, 55 ANS DE CRÉATIVITÉ

19/07/2024 – GAS BIJOUX, 55 ANS DE CRÉATIVITÉ

La Maison-Atelier marseillaise fête cette année ses 55 ans. Pour l’occasion, l’entreprise familiale ne cesse de réinventer son univers avec une collection inédite célébrant l’artisanat. Après une collection en raphia, c’est l’osier qui s’invite dans leurs créations…...

vicenzaoro

Nos derniers magazines

le bijoutier international magazine
le bijoutier international
le bijoutier international mars 2024
le bijoutier international
Le Bijoutier International Magazine
le bijoutier international octobre 2023