L’ENTRETIEN : CHARLES BRUNET, GUSTAVE & CIE
« LA MONTRE PAUL VA DEVENIR NOTRE PORTE-ÉTENDARD » CHARLES BRUNET, GUSTAVE & CIE Depuis sept ans, Gustave & Cie développe une identité bien originale dans l’écosystème de l’horlogerie française. Charles Brunet, son Brand Manager, revient sur le succès de la marque et dévoile en exclusivité les futurs projets. Propos recueillis par Dan Diaconu Le […]
gustave & cie

« LA MONTRE PAUL VA DEVENIR NOTRE PORTE-ÉTENDARD »

CHARLES BRUNET, GUSTAVE & CIE

Depuis sept ans, Gustave & Cie développe une identité bien originale dans l’écosystème de l’horlogerie française. Charles Brunet, son Brand Manager, revient sur le succès de la marque et dévoile en exclusivité les futurs projets.

Propos recueillis par Dan Diaconu

Le Bijoutier International : Qu’est-ce qui a motivé la création de Gustave & Cie ?
Charles Brunet :
Timothée Barbier et Guillaume Rémond sont originaires de Dijon et ont décidé naturellement de débuter leur aventure dans leur ville. Gustave & Cie commercialise au début de son activité des accessoires de mode urbaine. L’entreprise se fait notamment connaître avec son nœud papillon en métal. Nous voulions aussi aborder l’horlogerie, mais avec un angle différent. Ce chapitre a débuté en 2017 avec le lancement de notre première création.

Le Bijoutier International : Vos montres ne sont pas “made in France“ mais “Assemblée en France“. Pour quelle raison ?
Charles Brunet :
Tout ne pas être fait en France. Nous essayions toutefois de travailler au maximum avec des fournisseurs français. L’assemblage de nos montres est réalisé dans le berceau de l’horlogerie française, Besançon. Par ailleurs, de nombreux Français apprécient le Swiss Made, gage de qualité.

Le Bijoutier International : Combien de personnes travaillent chez Gustave & Vie ?
Charles Brunet :
Nous sommes actuellement six personnes au sein de l’équipe à laquelle s’associe l’équipe de notre showroom parisien. À Paris, nous contrôlons une seconde fois chaque montre avant de l’équiper du bracelet choisi par le client. Nous produisons environ 2 500 pièces par an.

Le Bijoutier International : Quels sont les canaux de distribution de vos montres ? Comment choisissez-vous vos revendeurs ?
Charles Brunet :
Nos ventes sont réalisées pour l’instant à 90 % sur Internet. Nous sommes une petite équipe et nous n’avons pas le temps adéquat pour mettre en avant nos produits auprès des revendeurs. Néanmoins, nous espérons étoffer notre réseau composé de 17 points de vente avec d’autres partenaires, sur Lyon, Bordeaux et dans le sud de
la France.

Le Bijoutier International : Quelle est la spécificité de vos montres ?
Charles Brunet :
Nous voulions partager une philosophie différente de la lecture du temps. Ne pas être à la minute près. Offrir une vision plus zen du temps. Nous avons choisi de proposer des montres dotées d’une fonction mono-aiguille. Dans chacune des montres, on retrouve l’univers de la personnalité qui donne son prénom à la collection,
à l’instar du nom de société en clin d’œil à Eiffel, lui-même né à Dijon. Ainsi, notre première collection, Antoine, rend hommage à Saint-Exupéry. La suivante, sortie un an et demi plus tard, André, loue le travail de Citroën. Leur cadran embossé présente un motif de chevrons. La gamme Georges célèbre Méliès et son film Le Voyage dans la lune.
Elle introduit l’affichage des lunaisons. Début 2023, nous avons ainsi quatre collections développées autour de calibre à quartz suisse Ronda. Elles ont été rejointes par une cinquième, nos premières montres féminines, la Marie qui célèbre bien sûr Marie Curie et son travail sur le radium. Les références disposent d’index luminescent et de l’affichage du jour avec seulement deux lettres, lequel fait penser au tableau périodique des éléments.

Le Bijoutier International : Vous avez développé en parallèle une collection de montres automatiques ?
Charles Brunet :
Effectivement. La collection Jules présentée en 2021 adopte un style marin, inspiré des romans de l’écrivain Jules Verne. Les modèles disposent d’une fonction GMT. Pour orchestrer cette fonction, nous nous sommes d’abord tournés vers des calibres 2431 de Vostok à affichage 24 heures pour équiper la première édition limitée à 500 exemplaires. Nous n’avions pas acheté la totalité quand la Russie a envahi l’Ukraine. Nous avons donc dû trouver une alternative. Nous avons opté pour un mouvement ETA doté d’une fonction GMT. Ce choix nous a permis de monter
en gamme, mais aussi en prix. La Jules est passée alors de 759 euros à 1 190 euros.

Le Bijoutier International : Est-ce le seul modèle automatique actuellement ?
Charles Brunet :
Nous continuons à développer cette catégorie de montre. Nous venons de lancer fin février la collection Paul à l’aide d’une campagne sur Kickstarter. Ce modèle élégant représente une interprétation de la montre habillée. Nous souhaitons qu’il devienne le porte-étendard de la marque. Aussi, nous l’avons souhaité plus abordable, 890 euros, pour permettre à tout le monde de s’offrir une mono-aiguille automatique. Son design s’inspire du poème d’Éluard La nuit n’est jamais complète. La montre se décline à l’aide d’un boîtier de 39mm de diamètre en acier et en
PVD or rose. Nous avons développé une nouvelle gamme de bracelets dotés pour la première fois de boucle déployante. Les Paul sont animés cette fois par un calibre japonais Miyota 9075.

Le Bijoutier International : Pourquoi faire appel à Kickstarter pour lance votre nouvelle collection, Paul ?
Charles Brunet :
Kickstarter est très intéressant pour une micro-brand comme la nôtre pour communiquer à l’international. D’un point de vue stratégique, la campagne aide de plus à lancer la production du nombre de pièces. C’est en outre un avantage pour les clients. Les 150 premiers exemplaires sont vendus au prix de 590 euros. Ils seront gravés et numérotés. Après, le temps de la campagne qui débute le 14 mars et se termine, le 15 avril, le tarif de la Paul passera à 690 euros. Les montres seront livrées en septembre. C’est aussi durant ce mois qu’elles seront commercialisées sur notre site et en boutique.

Le Bijoutier International : Est-ce que ce modèle va disposer des possibilités de personnalisation en termes de bracelet ?
Charles Brunet :
Avec la Jules, nous avons proposé un large choix de bracelets. Aujourd’hui, il est possible d’accompagner sa montre d’un bracelet interchangeable en cuir, en liège, en fibre de maïs, en cuir végétal ou encore en tissu Seaqual. Ce dernier est confectionné à Besançon au moyen de matières recyclées. Si la Paul possède ses propres bracelets, ils pourront néanmoins être remplacés selon le désir des clients.

Le Bijoutier International : Quels sont vos objectifs dans le futur ?
Charles Brunet :
Nous allons continuer à développer nos gammes quartz. Ce sont elles qui font vivre Gustave & Cie. Nous souhaitons également mettre en place des collaborations. Nous voulons de plus poursuivre le développement de nos montres à remontage automatique, créer des complications. Vers la fin de l’année, nous allons ainsi dévoiler notre première montre à heure sautante. Elle va respecter notre identité avec la présence d’une seule aiguille, mais ce sera notre modèle le plus précis avec une aiguille des minutes qui va pointer une échelle sur 60 minutes. Notre objectif est pour finir de devenir leader dans le secteur en France puis à l’international des montres allant de 800 à 1 500 €.

Tout savoir, cliquez ci-après

Nos derniers articles

Recherche JOAILLIERS et SERTISSEURS

Recherche JOAILLIERS et SERTISSEURS

Rejoignez nos ateliers hautement qualifiés et à taille humaine, au coeur de la ville emblématique de Lyon. Nous vous proposons d’allier passion et expertise pour créer des pièces uniques et exceptionnelles au service des plus grandes maisons de la Place Vendôme....

Time to Watches 2024 : bilan

Time to Watches 2024 : bilan

Alors que la fièvre de la « Wonderweek » retombe, il est temps de se pencher sur le succès sans précédent qu’a connu l’événement Time to Watches. Une affluence record et d’une qualité inédite, un programme passionnant, des exposants enchantés, voilà les 3 piliers de...

OROAREZZO 2024

Nos derniers magazines

le bijoutier international
le bijoutier international mars 2024
le bijoutier international
Le Bijoutier International Magazine
le bijoutier international octobre 2023